aggadkader
Galerie  
  Kontakt
  Sculptures
  Gästebuch
  Biographie (francais)
  Biographie (deutsch)
  Home
  Galerie
Heute waren schon 1363 Besucher (3206 Hits) hier!
Biographie (francais)
Kader Aggad
 
Né en 1938 et grandit à Relizane/Algérie. Dés le jeune âge, actif dans les rangs des scouts musulmans algériens, avec comme chef de groupe,le futur peintre algérien, Mhamed Issiakhem,qui faisait ses premiers pas dans le dessin, dessinant sur les murs du local : « la panthère noire ». Comme sa famille, était amie aux Issiakhem, il eut l´occasion d´écouter les premières chansons de J.Brel chez lui.
 Plutard, après le déclenchement de la guerre de la libération nationale, il s´était engagé dans le mouvement en organisant la grève des étudiants en 1956. Puis militant actif,fut arrêté en 1957 et interné pendant deux années. Libéré, il a réussi à s´exiler en France dans le cadre du plan de constantine, pour une formation de technicien agronome. De nouveau actif dans les rangs du FLN dans la région d´Avignon. Arrêté puis libéré provisoirement, il a dû s´exiler une deuxieme fois en RFA, où il a repris son activité au sein de la Fédération de France en Allemagne.
 
Après 1962, l´indépendance acquise il a travaillé au service consulaire de l´ambassade d´Algérie à Bonn/RFA en même temps membre de l’ amicale des Algériens en Europe.
Pendant ce temps là, il a eu l´occasion de cheminer un bout de chemin avec l´écrivain algérien Kateb Yacine en habitant la même maison à Bonn-Bad Godesberg, alors qu´il rédigeait son « Polygone étoilé » ; sa proximité l´a aidé à se tourner vers l´art.
Désirant faire du cinéma, il s´était approché de l´académie du film et du cinéma de Berlin.
Il a dû faire une formation de photographe à l´école de Bonn/RFA, ensuite, exercer la profession à Berlin.
.La pratique des prises de vue de portraits, lui ont fait découvrir le relief (plasticité), c´est ce qui l´a insité à vouloir réaliser des motifs en tridimensionnel et c´est comme ca  qu´est né le désir de faire de la sculpture. La chance a voulu qu´en quittant Berlin dans la ville de Minden il a eu la possibilité de participer à un workshop : initiation à la sculpture sur pierre. Le reste ca était le travail, parfois dur, avec beaucoup de sueur, car le talent à lui seul ne suffit pas.
 
Attiré par le désir de s´exprimer, Aggad utilisa la sculpture comme médium.
Son thème central est « «L´Homme ». Il est présenté sous toutes ses facettes : ses particularités, son oppression et sa beauté. Aggad emploie le plus souvent le marbre (matériau noble depuis l´antiquité) (de Michel Angelo à Auguste Rodin) pour exprimer son sens de la justice et de l´humanisme .
 
Depuis les années 80, il vit et travaille dans son atelier à Minden/ RFA.
Il est co-fondateur du groupe d´artistes « Ateliergemeinschaft Hahlerstrasse » et membre de l´association des artistes de la région Minden-Lübbecke : »Aktuelle Kunst ».
 
La « Tragédie Humaine » 1et 2 est son œuvre principale. Il a réalisé entre autres un bon nombre de sculptures inspirées des chansons de Jacques Brel. Ses œuvres ont été exposées à Berlin,Bielefeld, Minden, Bad Oeynhausen, Porta-Westfalica, Bad-Nenndorf ,Petershagen et Dankersen.
 
 
Kontakt  
  Kader.Aggad@t-online-de

 
Werbung  
   
Il n'y a pas d'amour heureux  
  Rien n'est jamais aquis à l'homme
Ni sa force, ni sa faiblesse, ni son coeur
Et quand il croit ouvrir ses bras
son ombre est celle d'une croix
Et quand il croit serrer son bonheur
il le broie
Sa vie est un étrange et douloureux divorce

Louis Aragon
 
 
  "Ich glaube, dass es ganz schön ist, wenn man sich einen rührenden Farbfleck an die Wand hängt; aber Kunst, die nicht direkt mit menschlichen Problemen, mit Politik, mit Religion, mit Psychiatrie zu tun hat, ist keine. Künstlerisch war es immer ein Alibi, wenn man abstrakt gemalt hat, da war man politisch eher akzeptabel."

Je crois que c'est bien beau d'avoir sur son mur un tableau avec de belles couleurs; mais l'art qui n'a pas à faire directement avec les problèmes de l'homme, de la politique, de la religion, de la psychiatrie, ca n'en est pas.
D'un point de vue art, ca a été toujours un alibi quand on peint d'une facon abstraite et d'un point de vue politique, cela a été toujours bien recu.

Alfred Hrdlicka
 
MAHNMAL "den Deserteuren der Kindheit"  
  Im Land meiner Kindheit reagierten wir Kinder auf Kränkungen und Beleidigungen mit trotziger Penisdemonstration.
Mädchen, nicht minder trotziger, zeigten den aufrechten Finger.
Erwachsene wandten sich ab.

Kader Aggad
 
=> Willst du auch eine kostenlose Homepage? Dann klicke hier! <=